Le sac du patient et le sac du tox

 « Il y a une étrange analogie entre les opiacés, tranquillisants et somnifères du « tox » et ceux pris en routine par nos patients réputés «normaux » « 

Les médecins, une source inépuisable de produits

« Ma grand-mère, du Témésta, elle en a tant qu’elle veut. Son médecin lui en fait autant qu’elle demande ». « Des médocs, il y en a toujours chez mois, mes vieux en prennent tous les deux » sont des phrases habituelles de consultations avec des jeunes usagers de drogues. Il est vrai que les tranquillisants, mineurs ou majeurs sont dispersés dans le pays avec une désinvolture étonnante. Les patients sont exigeants, les médecins débordés ou désemparés, à l’affût de nouveau patients ou angoissés eux-mêmes de perdre un client. « Mettez-moi donc deux boîtes de 50 comprimés » est si souvent entendu et on se lasse vite d’expliquer pourquoi on refuse

http://www.ulb.ac.be/esp/mfsp/usage-abus.htm

Publicités
Cet article a été publié dans les stupéfiants. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s